Nagisa_Newtown_Minami_kasaiConstruit vers la fin des années 1970 sur des terrains marécageux, les complexes d'habitations Nagisa Newtown se dressent fièrement sur la pointe sud-est de Minami-kasai, en bordure de la rivière Edogawa. Impossible de manquer cet îlot de blancheur dans les parages. J'ai récemment mis la main sur des archives et de vieilles photos. Il semble que la construction de Nagisa fut toute une épopée, célébrée même, comme si l'endroit incarnait un quelconque espoir pour le futur. Toutefois, on dirait qu'avec le temps cet engouement s'est estompé et Nagisa est (re)devenue un immense dortoir mais qui possède tout de même un petit côté distinct. Personellement, je suis toujours fasciné à la vue de ces immenses buildings blancs situés tout près de chez moi. C'est un gros morceau de paysage mais leur présence n'étouffe pas. On a nettement l'impression qu'il y a quelque chose de particulier avec ce coin de ville. Après plusieurs mois de réfléxions je crois avoir finalement percé le mystère Nagisa.

Nagisa Newtown est une véritable ville à l'intérieur de la ville. Ces monstruosités résidentielles ont souvent mauvaise réputation, en Amérique et en Europe notamment. Elles sont bien souvent synonymes de problèmes de toutes sortes. Au Japon ce n'est pas vraiment le cas, sauf pour quelques exceptions. Le manque d'espace à Tokyo fait en sorte que la construction de complexes de ce genre n'est pas un choix mais une nécessité. On en retrouve beaucoup à Edogawa-ku, surtout dans les nouveaux secteurs (remplissage). Toutefois, il semble que chaque lieu de ce genre ait sa propre personnalité. Par exemple à Kosha haime, situé à 10 minutes de marche de Nagisa, là-bas les lieux sont souvent jonchés de déchets, de grafittis, de vélos abandonnés. Aussi, on constate rapidement que les enfants sont un peu mal élevés... Par contre, Nagisa Newtown est un endroit très paisible, toujours propre, arbres et buissons bien taillés (sauf pour le "parc des zèbres" la petite forêt semble étouffer au milieu de tout ce béton-les habitants préfèrent sans doute Recreation Koen, parc plus vaste et situé tout près). De plus, il y règne un fort esprit communautaire et les gens ont gardé le sens des traditions. Voilà justement pourquoi Nagisa fait bande à part dans le secteur; elle semble avoir héritée des valeurs intrinsèques des vieux quartiers d'Edogawa-ku.

Finalement, c'était possiblement pour ça toute cette frénésie entourant la construction de Nagisa; l'îlot devait-il servir d'exemple et propager les bonnes valeurs aux "semi-barbares" des régions qui devaient inévitablement peupler les terres au sud de Kasai? Car c'est un fait, la plupart des familles qui ont élu domicile à Minami-kasai ont des origines à l'extérieur de Tokyo. Il faut dire qu'habiter Nagisa Newton n'est pas à la portée de tous. En effet, il en coûte une petite fortune pour y élir domicile. J'ignore si ça a toujours été le cas. C'est peut être un peu ça aussi qui rend les habitants de cet endroit fiers, solidaires.

Nagisa surprend par sa blancheur d'apparence pure, dénuée de moisissure et de fissure; c'est comme si l'endroit n'avait jamais connu l'épreuve du temps. Difficile aussi parfois de fixer les buildings lors des après-midi ensoleillés d'été, lorsque le ciel est d'un bleu profond et sans nuage: c'en est carrément aveuglant-un peu comme furent les pyramides de Gizeh lorsqu'elles arboraient une couche de calcaire blanc il y a bien longtemps. Toutefois, lors des journées maussades le blanc jaunit ou devient rosé, comme si les édifices ne voulaient pas accentuer la grisaille. Malgré l'immense concentration d'âmes les passants se font parfois très rares-trop rares même pour un lieu qui devrait en principe regorger de vie. Cela indique vraisemblablement que la moyenne d'âge des résidents est élevée (et explique aussi pourquoi le dynamisme d'antan s'est estompé). Les lieux seraient en effet bien froids n'eut été des enfants les matins qui crient dans les cours des garderies qui ont pignon sur la sakura dori (rue qui porte bien son nom). La nuit les buildings ressemblent a d'immenses structures fantômes, mais la quiétude des lieux rassure. On dort finalement l'esprit en paix à Minami-kasai.

Le site Web de Nagisa Newtown

Album de photos Nagisa Newtown sur Flickr (à voir)