Mori_Tower_1

En décembre dernier j’étais en ville plus tôt qu’à l’habitude. J’ai alors eu l’idée d'aller à l’observatoire de la Mori Tower. Je planifais depuis longtemps de visiter cet endroit, mais je remettais ça toujours aux calendes grecs. La vérité est que je ne suis pas un grand fan du secteur Roppongi. On aime ou on n'aime pas, mais bon c’était sur le chemin du travail. De plus, la perspective de voir le mont Fuji était une occasion que je ne voulais absolument pas rater.

Roppongi Hills est un mega-complexe immobilier qui comprend une tour à bureaux et des tours résidentielles (condos). La plupart du temps, quand on parle de Roppongi Hills, on fait surtout référence à la tour Mori, haute de 54 étages. Elle abrite des espaces de bureaux –de plusieurs compagnies prestigieuses, mais aussi un musée, des restaurants, des magasins, des clubs privés, et un observatoire.
   
Complété en 2003 et faisant l’objet de beaucoup de tapage médiatique, la réalisation du projet Roppongi Hills s’est étalée sur une période de 17 ans. Vous aurez deviné que la principale difficulté fut d’acquérir les terres, car on a rasé un quartier au complet pour faire place a cet imposant projet. En tout, 500 résidents ont dû céder leur terre. De ce nombre, 400 ont décidé d’habiter dans les tours résidentielles. Les autres ont quitté le secteur. En passant, c’est un secret de polichinelle que des Jiageya furent employés afin de convaincre les récalcitrants. "De quessé"? On parle ici d’une spécialité de la pègre locale qui connue son essor dans les années 80, lors de la baburu keiki (bubble economy). En gros, il s'agit de convaincre poliment et moins poliment les résidents qui ont la chance -ou la malchance, d’habiter sur des terres convoitées, de céder leur propriété afin de construire "big".

Mori_Tower_2

Toutes sortes d’histoires et d’accidents ont marqué Roppongi Hills depuis son ouverture au public. Par exemple, en 2004 un garçon de 6 ans est décédé lorsqu’il fut coincé dans des portes automatiques. L’endroit a aussi hébergé Livedoor et son fondateur, Takafumi Horie dit "Horiemon", coupable de manipulation boursière. Finalement, il y avait aussi un problème majeur avec les ascenceurs, dont un prit en feu. Une catastrophe fut, paraît-il, évitée de justesse. A la suite de cet incident les ascenseurs de partout du pays furent l’objet de vérification... Pourquoi tout ces malheurs? On raconte, en outre, que c’est parce que la tour Mori fut construite sur un cimetière. Tiens, tiens, tiens… ce n’est pas la première fois que j’entends cette histoire-là!

En toute honnêteté je ne suis pas un grand fan de la tour Mori. C’est bien beau le design, mais côté pratique, on repassera. Il faut presque avoir un GPS en sa possession pour se retrouver –il est possible de marcher en rond pendant longtemps avant d'atteindre sa destination. De plus, j’ai un ami qui travaillait là-bas et qui détestait l’endroit avec passion –pour cause d’inconfort semble-t-il. Et ce, même si ça faisait joli sur le meishi -carte d’affaires. Je préfère de très loin le Tokyo Midtown situé à 5 minutes de là. On s’en reparlera un de ces jours.

Pour l’instant, voici mes photos prises à partir de l’observatoire de la tour Mori.

Tokyo_City_View_AP_Banner