1GAE-3-11-11-2 

C'est "un gars à Edogawa" à la fois inquiet et soulagé qui, du haut du 19e étage de la SenCity Tower à Chiba City, observe les environs. Le séisme de magnitude 9 de la côte Pacifique du Tohoku venait tout juste de frapper. Pendant six longues minutes nous avions passé par toute une gamme d'émotions.

A cet instant précis j'ai remarqué que des raffineries tout près de mon lieu de travail étaient la proie des flammes. Ce n'était que le début, car plus tard d'autres colonnes de fumée devaient se faire visibles tout autour de la baie de Tokyo. Par contre, pas de vieux building affaissé. Ça m'avait un peu surpris sur le coup compte tenu de la force, et surtout de la durée du tremblement de terre. Quelques minutes plus tard une réplique tout aussi foudroyante devait nous secouer de nouveau.

Nous allons souligner bientôt le premier anniversaire du séisme du 11 mars 2011. Dans le Kanto la vie est revenue à la normale certes, et peut-être même trop, mais le sujet demeure d'actualité. De plus, de nos jours lorsque l'alarme sismique retentit à la télévision ou dans les téléphones cellulaires j'ai remarqué que l'attente qui suit est parfois un peu plus angoissante qu'avant, comme si les gens se rappelaient soudainement des événements du vendredi fatidique.

Sans trop dramatiser la situation on peut néanmoins affirmer que ce qui a suivi fut une folle expérience qui aurait pu déboucher sur bien pire. J'ai cru vieillir de quelques années en l'espace de quelques semaines. Nous étions véritablement confrontés à une guerre des nerfs avec de multiples fronts; c'est l'expression la plus adéquate que j'ai trouvé pour décrire ces événements.

Dans les jours qui suivent je vais faire la lumière sur mon expérience, chose que je n'avais pas faites à l'époque puisque j'étais trop occupé à gérer la crise au travail...et à la maison. J'ai tenté de me remémorer de tous les détails possibles. Hélas on dirait que j'en ai déjà oublié des bouts, notamment à la suite de la psychose nucléaire de Fukushima. C'est à ce moment que la fatigue et le stresse ont vraiment commencé à se faire sentir. Il y avait trop de choses qui survenaient en même temps. Il y a donc possiblement des fautes sur le plan chronologique, mais dans l'ensemble je crois que c'est assez juste.

On va d'abord y aller de quelques histoires, puis on suivra avec les événements.

On reconnecte plus tard.