Voici un thème qui revient périodiquement dans les conversations chez les étrangers au Japon, celui du gaijin seat.

Il y a plusieurs années, peu après mon arrivée au pays du soleil levant, j'entendais des histoires du genre que les Japonais hésitaient parfois à s'asseoir à côté des étrangers dans les trains; les sièges autour du gaijin restaient vacants ou étaient les derniers à trouver preneur. Je pouvais aisément concevoir ce genre de situation, mais je n'avais jamais porté attention à la chose. Du moins à ce moment. A l'époque j'empruntais la ligne Tozai pour aller au travail (Ginza, Shibuya). Le train était bondé la plupart du temps et les sièges vacants se faisaient généralement très rares. Ce fut la même chose avec la ligne Chiyoda du temps que je travaillais à Shimokitazawa.

Il y a eu des occasions où afin de satisfaire ma curiosité personnelle j'ai procédé à des vérifications et effectivement j'ai vu des gens marcher vers le siège libre à mes côtés, puis faire demi-tour lorsqu'il m'ont vu. Néanmoins c'est arrivé très rarement, et de là à dire que c'était parce que j'étais étranger... Pure spéculation -les occidentaux bien abreuvés de l'idéologie political correctness ont tendance à sauter vite aux conclusions.

J'ai par contre noté une différence depuis que je prends le train de la ligne Sobu-local pour me rendre à Chiba. Il y a des fois où c'est carrément flagrant; le train est plein, des gens sont debout et curieusement seuls les sièges autour de moi sont libres (et ces gens debout vont s'asseoir ailleurs lorsque d'autres places se libèrent). Ouin... disons que c'est un peu louche! Puis dans la catégorie plus choquante dernièrement j'ai aussi eu l'expérience de voir une mère et ses enfants changer brusquement de place lorsque je me suis assis devant eux dans le train Toei-Shinjuku. J'ai trouvé ça ridicule sur le coup, mais j'ai vite passé à autre chose.

Je tiens à souligner que ces situations n'arrivent pas fréquemment, mais il semble que ce ne soit pas le cas pour d'autres malheureusement. Un détail qui joue possiblement en ma faveur: mon apparence. Je suis blanc, je n'ai pas l'allure du "gaijin barbare", je ne sors pas du lot avec ma taille et je suis en habit-cravate 99% du temps. De plus, je n'ai pas du tout l'air du gars extraverti qui pique des jasettes avec monsieur madame tout le monde, et je fais preuve de civisme.

Et donc la grande question: pourquoi? Il y a plusieurs explications sur ce sujet et honnêtement je crois que c'est du cas par cas. Toutefois ce n'est pas une question de haine ou de répugnance (rarement en tout cas). A mon avis les Japonais sont gênés et évitent autant que possible les situations potentiellement embarrassantes. Je me souviens par exemple d'une touriste Espagnole qui avait demandé à un Japonais dans un anglais approximatif et à voix très haute des conseils pour visiter Tokyo -j'étais tellement mal à l'aise pour le gars! Bref, on ne sait pas comment l'étranger va réagir (et on ne veut pas le savoir).

Évidemment il y a des gens très sensibles sur ces questions (ici aussi). J'ai même vu des étrangers qui postaient des photos sur Twitter de Japonais qui hésitaient à s'asseoir à côté d'eux ou qui changeaient de place. Pas rancunier pour deux cennes, pas du tout. D'ailleurs voilà quelque chose que Je ne recommande pas à faire, ça pourrait vous emmener de gros ennuis. Quant à moi, c'est vrai que des fois on se sent bizarre dans ce genre de situation, mais la réalité est que je suis nullement offusqué par la chose. Au contraire j'apprécie énormément. S'il y a quelque chose que déteste dans le train, c'est d'être pris en sandwich (des mauvais souvenirs de la ligne Tozai qui remontent à la surface sans doute). D'ailleurs, je suis souvent debout même s'il y a des places de libres. Alors voilà, à contre-courant, le gaijin seat: le siège des champions. Sinon si vous tenez absolument qu'un Japonais s'assied à côté de vous, ben vous n'avez que feindre dormir ou lire un livre. Je crois que ça peut aider aussi!